Histoire des îles St Pierre et Miquelon

2900 documents: traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides.

Histoire des îles St Pierre et Miquelon - 2900 documents: traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides.

1850 – 1915 L’Agence Commerciale des Etats-Unis à Saint-Pierre

George Hughes

Agent Commercial des États-Unis à Saint-Pierre de 1850 à 1864,George Hughes était aussi partenaire de la maison commerciale étrangère Atherthon-Hughes et propriétaire de la goélette Narragaugus de St. Pierre (naufragé à  St. Mary’s, près de Guysboro le 12 février 1861).

William Mc Laughlin

William McLaughlin assuma un temps les fonctions de John P. Frecker lors des déplacements de ce dernier en Europe, et fut nommé vice-Agent commercial par le président Abraham Lincoln en octobre 1864.

John P. Frecker.

Lors de la direction du poste consulaire par Georges Hughes, Frecker assumait le poste de vice-Agent Commercial des États-Unis à Saint-Pierre. Il fut nommé au poste d’Agent Commercial des États-Unis par le président Lincoln en octobre 1864. Né à Québec en 1824, il vécut à Saint-Pierre de nombreuses années à partir de 1847. Après sa mort le 8 février 1892, la dépêche diplomatique du 20 février fit l’éloge de l’agent. Il se peut que la Famille Frecker soit originaire des Iles Anglo-Normandes, un certain John Frecker ayant quitté Guernesey pour Québec en 1822.

A partir de 1888, John P Frecker s’associa avec son gendre, un certain M. Steer. Pendant les dernières années Frecker, malvoyant, ne faisait que signer les dépêches qui lui étaient lues par Steer. Ils partageaient alors équitablement les revenus consulaires. Au décès de John P. Frecker, Steer fit savoir de son propre chef qu’il accepterait le poste d’Agent commercial des Etats-Unis. Dans la même missive, il proposa que le fils de John Frecker, Georges H. Frecker soit nommé Agent commercial adjoint, titre équivalent à celui de vice-consul.

A la mort de John P. Frecker, en 1892, la situation familiale était des plus critiques. Sa veuve se retrouva avec une fille à sa charge qui n’était pas encore mariée, un fils invalide et le plus jeune fils Georges H Frecker. Une autre fille, elle aussi veuve avec un enfant se trouvait aussi dans une situation difficile. D’après Steer, Frecker perdit toute sa fortune lors de l’échec de plusieurs campagnes de pêche et quémanda auprès des autorités de Washington une pension pour la veuve de son ancien partenaire.

M. Steer

Associé de John P. Frecker, il assuma l’intérim du poste consulaire dont il réclama le contrôle de Washington. Il dut quitter le territoire pour éviter de faire un séjour derrière les barreaux.

Georges Frecker.

Négociant de Saint-Pierre, fils de John P. Frecker, membre du Nouveau Cercle Saint-Pierrais, il assuma un temps l’interim du poste consulaire en association avec M. Steer puis avec Charles Freeman. Agent de la compagnie d’assurances Lloyd de Londres, de Swiss Lloyd et de Lloyd d’Italia de Milan, il cumulait aussi les responsabilités d’Agent de la Commercial Union Assurance Co of London et la Sun Life Assurance Co of Canada ainsi que l’Allan Line. Son fils, Georges Alain Frecker (1905-1979) fut chancellier de l’Université Mémorial de Terre-Neuve et ministre du gouvernement de Terre-Neuve.

Charles M Freeman, agent commercial

Freeman a assumé le titre d’agent commercial entre 1898 et 1906.

Zélé, il a souvent cherché à alerter les autorités de Washington de la fraude qu’il soupçonnait de la part de ses compatriotes et de ses prédécesseurs en poste. Ses dernières missives, font état de rumeurs, d’accusations, de mesquineries et d’une situation pour le moins pénible.

John C. Watson.

Consul des Etats-Unis en poste à Saint-Pierre le 19 octobre 1915.

Sources :  Despatches From U.S. Consuls in St. Pierre and Miquelon, 1850-1906. T487, RG059, Almanach du Centenaire, Daniel Gauvain, 1916.

  • Marie-Catherine BEARDEN a dit :

    Bonjour !
    je suis intéressée de connaître tous faits réels de la « veuve de Saint Pierre ». VOus seriez aimable de me diriger à des sources qui pourraient me donner toute information sur les événements de cette affaire. Si vous connaissiez des titres de Livres, des thèses, des articles de journaux , etc. vous seriez bien aimable de me les faire connaître. Avec mes remerciements anticipés,
    Madame Marie-Catherine Bearden

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.