Histoire des îles St Pierre et Miquelon

2900 documents: traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides.

Histoire des îles St Pierre et Miquelon - 2900 documents: traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides.

1502 – 1508 : Thomas Aubert & Giovanni da Verrazzano

Les explorations de Thomas Aubert

« En 1508, se place le second voyage important des Français ver l’Amérique septentrionale : un Capitaine de Dieppe, Thomas Aubert, monté sur un navire appelé La Pensée, explore les côtes de Terre-Neuve et les abords du Saint-Laurent. Cette expédition permit aux Français de voir pour la première fois des habitants du Nouveau Monde : Aubert ramena de son voyage sept Indiens, ainsi que l’une de leurs pirogues. Ces Indiens furent promenés dans toute la Normandie. Ils défilèrent dans les rues de Rouen le 21 septembre 1509 au grand émerveillement des badauds. Thomas Aubert avait été envoyé à la découverte par un grand armateur de Dieppe dont il va désormais être souvent question dans notre histoire : Jean Ango. »

Extrait de La Vie et les Voyages de Jean de Verrazane, Cercle du livre de France, Montréal, 1964, p. 182., Jacques Habert

Évocation des explorations de Giovanni Cabot, Thomas Aubert et Giovanni da Verrazzanno.

Note : Sébastien Cabot, fils de de Giovanni Caboto aurait usurpé l’histoire des expéditions de son père à son propre compte. Les voyages de 1497-1498 ont été ceux de Giovanni Caboto (John Cabot pour les Anglais) et non pas ceux de son fils.

« Depuis la découverte de Terre-Neuve par Sébastien Cabot en 1496 les Européens avaient commencé à tirer avantage de la terre de Baccalaos & de la grande quantité de poisson qu’on trouve dans le voisinage de cette terre. En l’année 1502, quelques marchands de Bristol avaient déjà obtenu des privilèges pour y établir des colonies. Dès l’année 1504, les Biscayens, les Normands & les Bretons des provinces de Normandie & de Bretagne, fréquentaient la côte du sud pour y faire la pêche. On suppose même, avec quelque fondement, que l’île du cap Breton située près du continent, a pris son nom de ces Bretons. En 1506, Jean Denis partit d’Honfleur pour Terre-Neuve, avec son pilote Camart de Rouen. On dit qu’il leva & publia le premier la carte des côtes de cette contrée. En 1508, un navigateur, nommé Thomas Aubert, (selon Ramusio, Vol. III, pag. 423 ; mais l’abbé Prévôt dans son Histoire des Voyages l’appelle Hubert) partit de Dieppe pour Terre-Neuve y sur un vaisseau appelé la Pensée, & amena delà à Paris le premier sauvage qu’on eût encore vu de ce pays. Le vaisseau appartenait au père du capitaine, Jean Ango, vicomte de Dieppe. Tout cela est plutôt une faible notion qu’une relation circonstanciée des contrées & des lieux découverts par les Français ; mais il ne nous en est parvenu,

Le premier qui ait fait, pour les Français, un voyage dont l’histoire nous soit parvenue, nit Jean Verazzani, Florentin au service de François premier ; il partit avec quatre vaisseaux pour croiser contre les Espagnols, mais il fut forcé par une tempête d’entrer, avec deux de ses vaisseaux, la Normandie & le Dauphin, dans un port de la Bretagne. II continua ensuite à croiser avec succès contre les Espagnols ; & résolut enfin d’entreprendre un voyage avec le Dauphin, sans autre motif que été découvrir de nouvelles contrées. »

Histoire des découvertes et des voyages faits dans le Nord, par M. J. R. Forster, mise en français par M. Broussonet…. Tome 2, 1788

Catégorie : XVIe siècle

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.