Histoire des îles St Pierre et Miquelon

2900 documents: traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides.

Histoire des îles St Pierre et Miquelon - 2900 documents: traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides.

1694-96 – Jacques Simon de Belleorme PLAN DES ISLES DE ST PIERRE

1694-96 – Jacques Simon de Belleorme PLAN DES ISLES DE ST PIERRE Sc91 439

Voir cette carte sur le site Gallica.BNF.fr

169x-belleorme

En 1694 Brouillan, gouverneur de Plaisance, nomme un commandant à Saint-Pierre. Après avoir pensé nommer le baron de Lahontan, il change brusquement d’avis en y nommant un propriétaire important d’origine malouine, Simon de Belleorme

Liste des toponymes de la carte de Belleorme.

  • Isle de St Pierre
  • Hauvre de Barre : le Barachois de Saint-Pierre. L’usage du terme Barre est intéressant et provient peut-être de l’ancien français qui signifie obstacle, empêchement[i]. On peut aussi supposer qu’il s’agit de la francisation du terme basque barachois.
  • Cap de haguet : se trouve à l’emplacement de l’actuel Cap Noir. Sur une autre carte contemporaine on trouve au même endroit la Pointe de Haquet. Sur  une carte anonyme on trouve la Grave de M de la Hoguerie.
  • Pointe de Malabrie : l’emplacement de l’habitation et des graves de René Garnier de Malabry[ii].
  • Hauvre de lisardie pour des Batteaux : le Petit Havre de la Pointe Blanche. Ancien emplacement des graves du capitaine luzien Juanes de Liçaurdi.
  • Pointe de Lisardie : voir supra.
  • Basses de lisardie : emplacement actuel de la Beugresse
  • Pointe du gû de Benit : Pointe de Savoyard.
  • Pointe aux Cornets : l’Anse à Pierre.
  • Cap de Langlais : Pointe du Ouest sur l’Ile de Langlade, ici nommée Isle de Miclon.
  • Isle de Miclon : la petite Miquelon, c’est à dire Langlade. L’utilisation du nom Miquelon sur Langlade indique que les deux îles sont à cette époque reliées par la dune.
  • Grand Colombier : un des noms les plus anciens de l’archipel. Noté par Jean Alphonse en 1544[iii].
  • Passage entre l’Isle de St Pierre et celle de Miclon : la Baie.
  • Petit Colombier : Petit Colombier.
  • Pointe de la Chapelle : emplacement du premier édifice religieux des îles. Situé près de l’actuelle Pointe aux Canons.
  • Islette du haure : Ile au Massacre.
  • Isle aux Chiens : Ile aux Marins.
  • Isle aux Noirs : Ile inconnue, peut-être une basse comme la Basse Bataille.
  • Basse Borgne : une basse au large de l’Ile aux Marins
  • Isle aux Bours : Ile aux Vainqueurs. Origine patronymique : François et Guillaume du Bourg Onfroy[iv].
  • Isle de Canaille : Ile aux Pigeons
  • Islot de Canailles : les Canailles au large de l’Ile aux Pigeons.
  • Islette aux Cormorants : Ilot Noir
  • Islette de l’entree : le Petit Saint-Pierre
  • Islot de l’isle Verte : Ilôts de l’Ile Verte
  • Isle Verte : L’Ile Verte

[i] Bare, baire. Obstacle, empêchement , délai. A.J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français (Paris, 1980), 62.

[ii] René Garnier de Malabry est recensé à Saint-Pierre en 1679. Ribault, Histoire des îles Saint-Pierre et Miquelon (voir note 11), 16.

[iii] Michel Bideaux, Relations de Jacques Cartier (Montréal, 1986), 222 .

[iv] André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo, Une élite négociante au temps de Louis XIV (Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997, 2 vols), 1: 243.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.